Les chapeaux côniques...

  Extraits d'un article du Courrier du Vietnam

"...Personne ne se souvient vraiment à quelle époque la tradition de la fabrication des chapeaux coniques est apparue à Huê. Toutefois, c'est un métier séculaire car, depuis des générations à Huê et dans tout le pays, on connaît par cœur ce poème :

          Ai vô su Huê mông mo
     Mua vê chiêc nón bài tho làm quà

(Si vous venez à Huê - pays de rêve, n'oubliez pas d'acheter des chapeaux coniques pour les offrir à vos proches)

Le processus de fabrication d'un chapeau conique est très complexe. Après avoir été coupées dans la forêt, les feuilles de lantanier sont séchées d'abord au soleil, puis à petit feu. Puis, l'artisan sélectionne les feuilles qui feront un bon chapeau et les repassent.

Vietnam_159_800

Ensuite, l'artisan couvre un cadre de feuilles et utilise un fil de crin pour les attacher aux cerceaux. On utilise un cadre sur lequel il y a 17 crans pour séparer les cerceaux en bois car, bien que les chapeaux coniques normaux comptent 16 cerceaux, ceux des bonzes en ont 17. "C'est l'étape la plus importante", a souligné, Trân Thi Thuy, artisan du village de Phu Cam, district de Phuoc Vinh, dans la ville de Huê. La dernière étape du processus consiste à enduire le chapeau d'essence de térébenthine pour donner un effet brillant et le rendre imperméable.

Un chapeau conique est constitué de 2 couches de feuilles de lantanier, entre celles-ci sont placés les symboles de Huê en papier coloré. Ainsi, à la lumière, on peut voir apparaître sur le chapeau, le pont de Truong Tiên, la rivière des Parfums, la pagode de Thiên Mu ou encore le nom de l'artisan.

Un métier traditionnel à préserver  
Plusieurs villages à Huê sont spécialisés dans la fabrication des chapeaux coniques, les plus connus étant Phu Cam (district de Phuoc Vinh), Da Lê (Huong Thuy) et An Cuu. "Un habile artisan ne fabrique que 2 pièces par jour. Les coûts de production pour une pièce oscillent entre 8.000 dôngs et 10.000 dôngs et le prix de vente varie entre 15.000 dôngs et 20.000 dôngs. Ainsi, un artisan gagne seulement un bénéfice de 20.000 dôngs par jour", a expliqué, l'artisan Trân Thi Thuy. Quel métier pénible!

Le chapeau conique était par le passé le symbole de la beauté des Huéennes. Aujourd'hui cela a changé, avec les particularités du travail en ville et les déplacements, le chapeau conique n'est plus porté que par quelques femmes âgées, les jeunes préférant les chapeaux modernes. Cependant, les artisans gardent toujours l'espoir de vivre de ce métier, car ces chapeaux typiques sont très appréciés des touristes. "Les fabricants rencontrent des difficultés pour préserver et vivre de ce métier traditionnel. Nombreux sont ceux qui, pour mieux gagner leur vie, doivent changer de métier, comme à Phu Cam où le nombre de fabricants de chapeaux coniques se réduit petit à petit. La même situation a été constatée dans les autres villages spécialisés dans la fabrication de chapeaux autour de Huê", a déclaré Lê Van Dung, habitant du village de Phu Cam. Avec le temps, la fabrication des chapeaux coniques s'est déplacée de la ville à la campagne pour y devenir métier d'appoint.

Vietnam_098_800Face à la menace de la disparition des chapeaux coniques, le Comité populaire de la province de Thua Thiên -Huê a organisé plusieurs activités visant à valoriser ce métier artisanal. Il est notamment nécessaire d'élaborer des politiques prioritaires au profit des villages spécialisés dans la fabrication des chapeaux coniques, et ce dans l'optique de préserver ce métier traditionnel.

Tùng Chi/CVN
( 02/07/07 )