A côté du peuple, les moines...


Vietnam_151_800

La Pagode Chùa Tu Hiêu
(piété filiale)

Cette pagode a une légende qui m'a été racoontée par Abalone :


src="http://p7.storage.canalblog.com/72/11/313832/18453120_p.jpg" alt="Vietnam_199_800"

Le bonze Nhât_Dinh qui a édifié en 1843 un pagodon avait une vieille mère très malade. Malgré tous les soins médicinaux possible, elle était toujours malade et les gens qui avaient de la compassion pour lui, lui conseillèrent d'acheter de la viande et du poisson pour suppléer à ses besoins et que sa santé s'améliorât. Malgré les critiques de beaucoup de gens, car les bonzes vietnamiens sont végétariens, il descendait tous les jours à travers la forêt, au marché pour acheter des poissons qu'il suspendait au bout de sa canne, pour remonter la pente.

Vietnam_155_800


Cette histoire parvint jusqu'à l'oreille du Roi Tu_Duc, qui avait, lui-même, beaucoup de sentiments de piété pour sa mère. Le Roi éprouva beaucoup d'admiration pour le bonze et lui donna le nom de Sác_Tú_Tù_Hiêu_Tu. Depuis 1948, tous les mandarins ont consacré beaucoup d'argent pour édifier la pagode.

Actuellement, la Pagode accueille des pélerins qui viennent de loin pour faire une retraite de méditation



Vietnam_156_800

















Vietnam_158_800

































 

Dominant le peuple, les nobles...


Vietnam_192_800


Tombeau princier

La porte principale, comme dans tous les monuments, est composée d'une triple arcade représentant les trois éléments du temps : passé, présent, avenir.













Vietnam_193_800


Porte latérale dans le mur de seconde enceinte












Vietnam_195_800





Symbole de la vie éternelle






Vietnam_194_800






A l'intérieur du second mur d'enceinte, le bâtiment dans lequel est dressé un autel à la mémoire de la reine ou princesse qui habita cette demeure.













Vietnam_197_800



L'autel et les statues représentant les ancêtres. 

Ce tombeau n'a malheureusement pas encore été rénové faute de moyens financiers.



















Vietnam_199_800Les arènes

Deux escaliers menaient au pourtour de l'arène : un à hautes marches pour les mandarins et notables, un autre à marches normales pour le roi.  Mpn guide, avec force imitations m'a expliqué que les mandarins et notables empruntaient l'escalier à hautes marches afin de montrer leur puissance au peuple.  Harnachés de leurs vêtements de cérémonie, ils montaient tête haute et à grand renfort de claquement de pied sur les marches afin que tout le monde puisse admirer leur force et leur prestance.





Vietnam_200_800

Pas particulièrement grandes, les arènes de Hue, comme probablement la plupart des arènes des villes avoisinantes étaient l'occasion pour l'Empereur de donner quelques réjouissances au peuple et, partant, de leur rappeler la suprématie des notables.

En effet, les combats opposaient tigres (représentants du peuple) et éléphants (représentants des nobles).  Afin de s'assurer de l'issue du combat, les tigres se voyaient amputés de leurs griffes et canines.  Les éléphants étaient toujours vainqueurs et l'honneur sauf.